PRIÈRE POUR LA PAIX AU SOUDAN DU SUD ET EN RDC: LE PAPE DEMANDE «D’ABATTRE LES MURS DE L’INIMITIÉ»

Le Pape François a présidé ce jeudi 23 novembre 2017 une célébration de prière pour la paix au Soudan du Sud et en République démocratique du Congo. Elle a eu lieu dans la basilique Saint-Pierre, en présence de plusieurs évêques, prêtres et fidèles. Le Saint-Père a saisi cette occasion pour sensibiliser l’Église et le monde au drame vécu par les populations de ces pays africains, déchirés depuis des années par la guerre et la violence, et qui se sentent abandonnés de tous.

C’est avec émotion et espérance que des chants en swahili, en français et en anglais se sont élevés de la basilique Saint-Pierre, afin d’invoquer les dons de la paix et de la justice pour ces populations martyrisées et oubliées. Des photos de Sud-soudanais et de congolais, «qui souffrent et incarnent le corps crucifié du Christ» sont ainsi portées en procession en début de veillée.

«La paix est possible»

Peu à peu, les prières montent avec ferveur. Certaines demandent la force de combattre le tribalisme, la politique, les cliques, qui alimentent les divisions et nourrissent les violences; d’autres intercèdent pour les victimes innocentes, notamment les femmes, violentées, souillées, abandonnées, réduites en esclavage ou utilisées comme armes de guerre. Mais l’assistance prie aussi pour les groupes armés qui sèment la terreur et la mort et pour les gouvernants sud-soudanais et congolais, afin qu’ils travaillent avec courage pour l’unité et le bien-être de leurs peuples.

 «Nous chrétiens, nous croyons et nous savons que la paix est possible parce que le Christ est ressuscité», affirme le Pape, dans une courte homélie. Il demande au Seigneur «d’abattre les murs de l’inimitié» entre les hommes, de secourir les femmes sud-congolaises et sud-soudanaises, premières victimes de la guerre, de «sauver les enfants qui souffrent des conflits auxquels ils sont étrangers, mais qui volent leur enfance» et leur vie. «Quelle hypocrisie de nier les massacres de femmes et d’enfants!», s’indigne le Saint-Père. C’est là que «la guerre montre son visage le plus horrible».

Deux statues de la Vierge Marie envoyées comme signes de fraternité

Le Pape rend ensuite hommage à tous ceux qui, inlassablement, s’efforcent de «combattre le mal par le bien, avec des gestes et des paroles de fraternité, de respect, de rencontre, de solidarité». Il prie également pour les «gouvernants et responsables», demandant au Seigneur de «fortifier» en eux un «esprit noble, ferme et courageux dans la recherche de la paix, par le moyen du dialogue et de la négociation».

Quelques minutes plus tard, au terme de la veillée, François a béni deux statues de la Vierge Marie. Elles seront amenées au Soudan du sud et en RDC, comme signes concrets de fraternité et d’engagement pour la paix mais aussi de l’aide et de la sollicitude de la mère de Dieu.

(de Radio Vatican)

Haut de Page