LE PAPE FRANÇOIS PROPOSE LE BIENHEUREUX ISIDORE BAKANJA COMME MODÈLE POUR LES JEUNES DANS L’EXHORTATION APOSTOLIQUE POST-SYNODALE CHRISTUS VIVIT

Parmi les jeunes devenus saints, le Pape rappelle que « le bienheureux Isidore Bakanja était un laïc du Congo qui témoignait de sa foi. Il a été torturé longtemps pour avoir proposé le christianisme à d’autres jeunes. Il est mort en 1909 en pardonnant à son bourreau. » (n° 59).

Pour François, le cœur de l’Église est riche de jeunes saints qui ont offert leur vie pour le Christ, et pour beaucoup en allant jusqu’au martyre. Ils ont été de précieux reflets du Christ jeune qui brillent pour nous stimuler et pour nous sortir du sommeil. Le Synode a souligné que « beaucoup de jeunes saints ont fait resplendir les traits de l’âge juvénile dans toute leur beauté et ont été, à leur époque, de véritables prophètes du changement ; leurs exemples nous montrent de quoi sont capables les jeunes quand ils s’ouvrent à la rencontre avec le Christ » (n° 49).

Le Pape met ensuite en avant la Vierge Marie, « le grand modèle pour une Église jeune, qui veut suivre le Christ avec courage et docilité », et plusieurs figures de saints jeunes, dans des pages rappelant l’invitation à la sainteté lancée dans sa précédente exhortation apostolique, Gaudete et Exsultate.

« Vous êtes l’aujourd’hui de Dieu ». À travers la sainteté des jeunes, l’Église peut relancer son ardeur spirituelle et sa vigueur apostolique. Le baume de la sainteté engendrée par la bonté de la vie de tant de jeunes peut soigner les blessures de l’Église et du monde, en nous ramenant à la plénitude de l’amour à laquelle nous sommes appelés depuis toujours : les jeunes saints nous poussent à revenir à notre premier amour (cf. Ap 2, 4) (n° 50).

Isidore Bakanja (1885, 1909), est un jeune congolais né à Bokendela. Converti au catholicisme, il devient catéchiste laïc. Embauché dans une entreprise coloniale belge il subit la persécution du directeur de l’agence qui s’oppose avec force à l’évangélisation de ses ouvriers. Fouetté jusqu’au sang, il meurt des suites de ses blessures le 15 août 1909.

Le bienheureux Isidore Bakanja est reconnu par l’Église catholique comme étant un martyr de la foi. Le pape Jean-Paul II le béatifie le 24 avril 1994. Sa fête liturgique est célébrée le 12 août, la fête de l’Assomption de Marie le 15 août étant prioritaire.

 

Diolis

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn
Haut de Page